Amélia Varin sur Passions Addict

Amélia Varin a été interviewée sur le blog Passions Addict pour son ouvrage Douloureuse souffrance, quand le gouffre te précipite. Elle parle également de ses autres parutions et de ses projets à venir.

1 : Présente-toi et dis-nous qui tu es:

Bien le bonjour, moi c’est Amélia Varin. Je suis toute jeune, du moins pas encore vieille. Âgée de 20 printemps, je suis étudiante en économie-gestion, dans l’optique de devenir professeur d’économie. En ce moment, je suis en vacances (déjà ?! et oui !), les joies du supérieur ! Voilà ma présentation. Pour ce qui est de qui je suis, hum, vaste question. Je m’excuse par avance si j’écris des kilomètres. Alors, je suis loin d’être originale. J’aime la lecture et regarder des séries ou des films. Un peu comme la plupart des gens de cette planète, enfin, je l’espère. Mais j’aime à penser que je suis un peu à part quand même, qui n’aimerait pas l’être ? Parce que je suis une geek, une otaku, une livraddict et une véritable fangirl. Mais qu’est-ce qu’elle me dit là, pensez-vous ? Bon… Quand faut y aller, faut y aller !

Une geek, oui, assurément. J’aime jouer aux jeux-vidéos, j’aime jouer à des jeux de rôles, j’aime retrouver mes amis pour se faire une bonne partie de jeu de société. J’aime regarder des films, des nouveaux, des anciens ou des que j’ai déjà vu des milliers de fois. J’aime me mater des séries dans mon lit, jusqu’à pas d’heures le lendemain matin, malgré les yeux boursouflés et éclatés de sang que j’aurai en me levant après mes trois heures de sommeil. J’aime regarder des vidéos sur YouTube, les points culture de Links The Sun ou les Hors Série du Joueur du Grenier. J’aime tout et peut-être trop. Ça c’est sans doute mon plus grand défaut : m’intéresser à tout. N’y-a-t-il que moi qui peut être fan des romans d’amour à l’eau de rose et des histoires d’horreur à vous hérisser les poils ? N’y-a-t-il que moi qui aime autant aller dans un musée qu’au cinéma ou au théâtre ? Bref, une geekette *clin d’œil*

Je suis aussi une otaku. Ah, là, y en a des choses à dire. Je vais essayer de faire court. Je suis fan du Japon, de la Corée du Sud, de la Chine, de Taïwan, du Vietnam, bref… De l’Asie de l’Est. Je suis fan de manga, d’animé, de drama. Je suis fan de K-POP, J-POP, et même du rock coréen et japonais. J’adore les beaux acteurs asiatiques mais actrices aussi. Et que dire de mes idoles de K-POP préférées ? Mais ça, c’est mon côté fangirl. Parce que quand je regarde un drama, j’hésite pas à m’extérioriser à coup d’onomatopées. En parlant de pays asiatique, je vais réaliser mon rêve. Je pars étudier un semestre au Japon en Avril 2018. Une affaire à suivre, donc !

Je terminerai cette présentation ô combien longuette par mon côté Livraddict. Oui, je lis tout le temps et de tout. Je lis des mangas, des comics, des BDs, des romans, des albums, des documentaires et patati et patata. Une buveuse d’encre, on m’a dit. J’aime beaucoup cette expression. Oui, c’est ça que je suis au final, « Une buveuse d’encre ».

2 : Quels sont les livres que tu as sorti et où peut-on les trouver ?

À ce jour, j’ai sorti deux livres. Douloureuse souffrance, quand le gouffre te précipite est sortie en Mars 2017 et est disponible en numérique et papier sur tous les libraires en lignes mais aussi disponible en commande auprès de votre libraire. C’est un recueil de nouvelles qui regroupe plusieurs textes avec comme trame principale le harcèlement scolaire. Parce que j’en ai été victime, j’ai décidé d’en parler. Je raconte l’histoire de quatre jeunes filles et la mienne aussi. Je vous fais part de mon point de vue sur le sujet, je vous explique ce que j’ai ressenti, pourquoi je n’ai pas abandonné. Ces quatre jeunes filles souffrent aussi, pour différentes raisons, mais le harcèlement est toujours au cœur de leur problème. Ce n’est pas un message d’espoir. Ce n’est vraiment pas le but de ce recueil. C’est un appel à la prise de conscience ! C’est un appel à l’action ! Parce que ces enfants, ces adolescents, ces adultes même souffrent et se taisent. On ne peut pas leur délier la langue, c’est toujours difficile de se livrer. Je ne dis pas que c’est aux autres de réagir. Je ne dis pas que c’est de la faute des professeurs, des parents ou des amis. Je dis seulement qu’à force de regard, d’attention, tout peut être différent. On a toujours cette tendance à croire que les responsables sont le corps enseignant. Je vous dis ça car je voudrais devenir professeur et je me place aussi de leur point de vue. Il faut cesser de rejeter la faute sur les enseignants ou les parents. « Ils n’ont pas vu la détresse de leur propre enfant », « Ils n’ont pas réagi à temps, en tant qu’enseignants c’est une honte »… De simples mots mis bout à bout entraînant une multitude de mensonge. On ne pointe pas les vrais coupables. Parce que ce sont des enfants, parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils font, parce qu’ils ne faisaient que s’amuser… Et c’est comme ça que plus personne n’en parle. Comprenez, c’est tabou. Comment peut-on accuser un enfant d’avoir poussé un autre enfant dans ses derniers retranchements ? Comment peut-on…

« Ce bouquin c’est ma revanche. C’est ma chance de faire bouger les choses. C’est ce que j’ai trouvé pour réveiller les esprits. Ce bouquin c’est toute ma colère, mon désespoir et ma souffrance ! »

Revenons maintenant à un sujet plus léger, ma deuxième parution : Toujours se retrouver. C’est une romance écrite avec douceur et délicatesse. C’est l’histoire de deux amants, Julia et Clément. Ils s’aiment, c’est certain. Depuis longtemps, d’ailleurs. Mais l’amour sans enfants est-il encore possible ? Julia et Clément vont-ils supporter de perdre leurs enfants les uns après les autres ? Cette nouvelle est courte et de ce fait, n’est disponible qu’en numérique, sur tous les libraires en ligne également.

3 : Dis-nous, quelles sont tes passions ?

Mes passions ? En fait, ma passion je la vis chaque jour. À chaque respiration, chaque petit moment pris au hasard. Rien que maintenant. Parler de moi c’est un peu une passion, vous savez. Non, plus sérieusement, écrire. Rien que répondre à ces questions, c’est une passion. C’est distiller un peu de moi à travers de simples mots. C’est comme une danse, une découverte de chaque instant. C’est lire, écrire. C’est voir ces lettres ce rejoindre pour former des mots, puis des phrases, des paragraphes et mieux encore des histoires. C’est découvrir ce que chaque auteur cache en lui, c’est l’appréhender à travers ses écrits. Lire et écrire, la face d’une même pièce, n’est-ce-pas ? Alors, oui, je vis ma passion chaque jour où le soleil acceptera de se lever. Parce que je suis directrice de la collection Electrons Libres de Evidence éditions, parce que je suis écrivaine, parce que je tiens un blog culturel. Parce que je passe mon temps à lire et à écrire. Ma passion, ma vie !

4 : Parle-nous de ton blog.

Ah, ça, c’est une fierté ! Je peux le crier sur les toits sans peur : JE SUIS FAN DE MON PROPRE BLOG ET J’ASSUMEEEEEEUUUUUUH !!!!!!!! Je blog sur mes passions (nous y revoilà toujours). Pour faire simple, sur la culture. J’enclenche le monde guide touristique et culturel. Vous pourrez bénéficier d’un espace bibliothèque regroupant de nombreux support de lecture aussi différents les uns que les autres (support, est-il le bon mot ?) : poésies, théâtres, romans, documentaires, mangas, comics, Bds, albums,… Mais également un espace ludothèque, ainsi qu’un espace vidéothèque où vous trouverez des avis sur des films, des animés, des dramas et autres séries TV. Nous avons aussi un coin sur la musique asiatique et les émissions de variétés (toujours asiatique, enfin, surtout Coréenne). En avançant encore un peu dans notre visite, nous pouvons remarquer une inscription « Avis épisodiques », qu’est-ce-donc ? Je vous donne mon avis sur des épisodes. Ah, c’est tout ? Oui, oui, majoritairement publiés aux éditions Nutty Sheep (Instant PUB pour la maison d’édition). En allant encore un peu plus loin, on a un coin rendez-vous littéraire et oh ! Un coin « Concours de nouvelles ». Parce que les Histoires d’Amélia Culture Geek c’est aussi un concours de nouvelles chaque année. Du moins, c’est la deuxième édition cette année. On a d’ailleurs monté en standing puisqu’en plus des livres à gagner, les nouvelles lauréates seront publié dans un recueil spécialement réalisé pour l’occasion chez Evidence éditions, dans la collection I-Mage-In-Air dirigée par Lydie Wallon (auteur de la Nébuleuse d’Héra). On a aussi une rubrique « J’ai testé » toujours en lien avec l’aspect « geek » du blog et bien évidemment des interviews de choix !

Mes avis sont toujours honnêtes, et je vous mets souvent un bout de moi à l’intérieur. Parce que je digresse beaucoup alors,… Bref ! Je suis très satisfaite de l’évolution de mon blog et j’espère qu’il deviendra une référence en matière de culture geek ! YEAH !

https://leshistoiresdameliaetlaculturegeek.wordpress.com

5 : As-tu d’autres projets en tant qu’écrivain ?

Oh la ! Oui, beaucoup ! Et bien, déjà, j’ai une série jeunesse, tranche de vie qui sort en 6 tomes dans la collection Farfadet de Evidence éditions. Le premier tome sort le 2 Août. Ensuite, j’écris pas mal de manuscrit. Un fantastique jeunesse, un fantastique adulte d’inspiration cinématographique (et un peu jeux-vidéo du coup : Résident Evil), un roman un peu bizarre mais qui me tient à cœur sur un tueur en série et une héroïne un peu étrange, pour ne pas dire dérangée. J’y ai mis pas mal de touche d’absurde car c’est un genre qui me tient énormément à cœur. Je suis sur un projet d’album illustré également et une histoire d’amour. Elles me lâcheront jamais ces histoires d’amour ! Ha ha ! En ce moment, je suis en mode recopiage car les tomes de ma série jeunesse sont tous à la main, reste à les recopier sur ordinateur. Je ne regrette vraiment pas cette époque où je n’avais pas de PC…

6 : Et enfin, un mot pour ceux qui veulent découvrir tes écrits ?

C’est l’instant fleur bleue alors ? Je dis ça car être édité c’est comme un rêve. Ça veut dire que tes écrits ont touché au moins une personne (celle qui a lu le manuscrit), alors on est heureux. Et puis pendant toutes les phases de publication, on se ronge les ongles, va-t-il vraiment plaire ? Quand enfin, il sort, on attend. On fait un max de pub et on attend. Les premiers retours arrivent… Et là, un sourire étire tes lèvres. J’ai ressenti une joie immense quand mes premiers lecteurs m’ont exprimé leurs sentiments. Douloureuse souffrance n’est pas l’ouvrage le plus facile à lire alors quand ils m’ont dit qu’ils avaient adoré. Qu’ils avaient presque pleuré… Tout ça, ça peut vous sembler n’être pas grand-chose. Juste un grain de sable sur une plage. Vous vous trompez. C’est une aventure humaine, un véritable bonheur. Réussir à toucher son lectorat c’est ce que rêve de réaliser chaque auteur. Alors, je vous remercie. Vous, qui voulez lire Douloureuse souffrance ou Toujours se retrouver. Vous qui vous intéressez à mon imaginaire. À ce que je suis, ce que je suis devenue. À vous, merci ! Merci infiniment et je vous souhaite de tout cœur de passer un agréable moment entre ces lignes et pourquoi pas de vous perdre un peu… D’oublier le quotidien… C’est ce qui peut nous arriver de mieux ! Et je vous félicite aussi pour votre courage, car vous avez eu la patience de me lire jusque-là.

Je vous quitte avec la citation phare de mon blog : « LA CULTURE EST LA POSSIBILITÉ MÊME DE CRÉER, DE RENOUVELER ET DE PARTAGER DES VALEURS, LE SOUFFLE QUI ACCROÎT LA VITALITÉ DE L’HUMANITÉ. »

Geekement vôtre,

Amélia Varin

Article complet ici.