Camille Fort de Larguez les amarres

Camille Fort a la cinquantaine, il vit seul en France depuis une rupture avec sa femme qui l’a profondément affecté. Il travaille dans une usine où ce qu’on lui demande ne le satisfait absolument pas. Il ne se sent pas heureux et n’a pas vraiment d’amis autour de lui. Comme il le dit, il survit plus qu’il ne vit… Son appartement lui rappelle trop de douloureux souvenirs. Il décide donc un jour de tout plaquer et de partir pour l’Espagne.

Je me dirigeais vers le café où l’on s’était donné rendez-vous. Ce n’était pas souvent qu’il venait en France, alors dès que j’ai appris qu’il passait, j’ai sauté sur l’occasion. Je l’ai appelé. Je lui ai parlé de mon blog voyage et il a accepté de me rencontrer. À quelques mètres du lieu de rendez-vous, je vérifiais une nouvelle fois mon sac, mon carnet était bien là. Triturant mon calepin, j’entrais enfin.

• Pourquoi avoir choisi l’Espagne ?

J’ai choisi l’Espagne car c’est un pays que j’ai visité plusieurs fois et que j’adore, les gens et les paysages. J’y ai de merveilleux souvenirs de vacances avec des amis lorsque j’étais plus jeune. De plus, je trouve que la communication y est beaucoup plus facile, ils sont plus ouverts et ont un goût de la fête que j’apprécie. J’aime aussi leur hospitalité et leur façon de vivre. Ils ne se ‘’prennent pas la tête’’ comme nous et relativisent plus sur des choses que nous, nous avons tendance à amplifier. Hormis la corrida, j’aime tout dans ce pays et je m’y sens vraiment bien.

• Quelles merveilles avez-vous visité en Espagne ?

Je n’ai pas visité de monuments à proprement dit, mais j’ai vu des régions magnifiques. J’ai commencé par la catalogne où j’ai passé beaucoup de temps sur le port de Barcelone, lieu très vivant, car il s’y passe toujours des choses. Ensuite, je suis parti en Andalousie, là où le cheval est roi. Quelquefois, l’on peut presque se croire au far-west, les gens vivent chevaux, ne pensent que chevaux. Leur culture y est très ancrée et j’ai découvert le flamenco sous un autre angle. C’est tout un art, une diversité dans les tons que je ne connaissais pas. J’ai visité des arènes uniquement pour la beauté des lieux mais pas pour ce que l’on y fait. En tant qu’amateur de football je suis allé également voir le stade du Nou-Camp à Barcelone, j’étais très impressionné.

• Qu’auriez-vous à dire à ceux qui hésitent à tout plaquer pour commencer une nouvelle vie ?

Pour ceux qui hésitent à tout plaquer je n’ai qu’une chose à leur dire. Quand votre vie ne vous convient plus, que tout autour de vous vous dégoûte, pourquoi rester ? On n’a qu’une seule vie, et chacun a droit à son bonheur. Il ne faut pas hésiter à partir, changer de vie, de région, voire de pays, pour repartir sur de bonnes bases et se sentir de nouveau heureux. Il n’y a pas d’âge pour changer de vie et surtout il n’y en a pas pour avoir des regrets. Il faut oser franchir le pas et ne pas se dire dans quelques années, ‘’si j’avais su’’, car là, il est trop tard. Tout laisser derrière soi n’est pas chose aisée mais il faut se dire que l’on fait cela pour un avenir meilleur. Il faut laisser parler son cœur et ne pas craindre l’inconnu. Pourquoi du reste s’enfermer dans une routine qui ne vous satisfait pas ? Vivre juste pour vivre, cela ne fait pas avancer. Croyez-moi, cela vaut vraiment la peine de laisser sa triste vie derrière soi, j’en suis la preuve vivante, aujourd’hui je suis un homme heureux.

Je souris. Il me salua et quitta le café, après avoir réglé la note pour nos deux consommations. Perdue dans mes pensées, j’étais restée assise encore de longues minutes après son départ. Entre rêve et dépaysement…

Disponible dans la boutique évidence et partout ailleurs au format numérique et papier. Pour vous procurer Larguez les amarres, c’est par ici.